Date du Jour :2 juillet 2020

« Un Tour de France à huis clos n’est pas possible »


A soixante-six jours du départ du Tour de France 2020 (29 août-20 septembre), décalé en raison de la pandémie liée au coronavirus, son directeur, Christian Prudhomme, fait le point sur la course, mercredi 24 juin, alors que les coureurs sont repartis à l’entraînement et que la situation sanitaire évolue au fil des semaines.

Lire aussi Le Tour de France partira finalement le 29 août, avec le même parcours

Au 24 juin, êtes-vous certain que le Tour de France 2020 partira bien le 29 août ? Avez-vous encore des doutes ?

Je n’ai pas de doutes, mais tout dépend toujours de la situation sanitaire. Aujourd’hui, on est dans une phase où les choses s’ouvrent et s’arrangent, en France tout du moins, et on est résolument optimistes. C’est ce que m’a dit Jean Castex [le « M. Déconfinement » du gouvernement] fin mars : « Il faut accepter les risques, mais du 29 août au 20 septembre, vous pouvez être raisonnablement optimiste. » J’ai repris cette formule à mon compte.

Plusieurs voix, y compris au sein du gouvernement, redoutent un rebond de l’épidémie de Covid-19 à l’automne. Quel dispositif envisagez-vous pour y faire face ? Notamment pour faire respecter les gestes barrières et les précautions sanitaires autour de la course ou en cas de coureur positif ?

Nous sommes très attentifs à cette éventualité, dans nos discussions avec les autorités. Et dans notre organisation, on imagine différentes versions : celles d’un Tour totalement ou partiellement libéré.

Comme on a pu le tester lors du Paris-Nice [dernière course disputée avant le confinement], il va y avoir un système de bulles autour des coureurs. On veut faire en sorte que les gens se croisent le moins possible, avec des zones qui seront filtrées au départ et à l’arrivée des étapes, et sur certains cols emblématiques où l’on peut estimer qu’il y aura beaucoup de public.

Ce qui est certain, c’est qu’au départ du Tour, il n’est pas envisageable que 100 % des coureurs présents ne soient pas assurés de ne pas avoir le Covid-19. Tout cela évolue encore, mais voilà le système vers lequel on se dirige : une cellule spéciale Covid, un référent Covid, un médecin Covid dans l’organisation, et un responsable Covid dans le centre de coordination à l’arrivée de chaque étape.

Tout est envisagé, mais je ne peux pas encore en dire plus parce que ce sera en lien avec la doctrine sanitaire de l’UCI (Union cycliste internationale). Le vrai dispositif, on le connaîtra dans cinq ou six semaines.

On l’a vu lors du Paris-Nice, vouloir organiser une course cycliste à huis clos semble difficilement envisageable ?

Il vous reste 47.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire l’article au complet sur www.lemonde.fr

Share

Regdnews est un site d’agrégation d'actualités qui vous permet de pouvoir suivre toutes l’actualités française et du monde en temps réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *