Date du Jour :7 juillet 2020

Le télétravail bouscule l’immobilier de bureaux


Elle est bien calme, l’esplanade du quartier d’affaires de la Défense, dans les Hauts-de-Seine, jeudi 25 juin au matin, à l’heure de pointe où d’ordinaire s’y bousculent cadres et employés pressés de rejoindre l’une des 70 tours accueillant 3 600 entreprises, surtout de grands groupes internationaux. D’habitude, 85 % des 180 000 salariés du quartier arrivent par les transports en commun, trams, Transilien, RER, métros, bus, tous saturés comme l’est le réseau routier et son aride boulevard circulaire.

Matin et soir, avant le confinement, entre 35 000 et 40 000 passagers s’y entassaient aux heures de pointe, mais ils étaient à peine 10 000 à la mi-juin (selon le baromètre SNCF-RATP), et les flux s’écoulent tranquillement, un peu trop tranquillement pour les commerçants qui n’ont pas retrouvé leur clientèle : le chiffre d’affaires du début de journée, chez le boulanger Paul, plafonne à 700 euros au lieu de 2 000 ; la fleuriste « ne voit quasiment personne » ; les terrasses des cafés sont clairsemées, à l’image du Globe Trotter, qui tourne avec quatre salariés au lieu de vingt. L’atmosphère est presque apaisée, quelques vélos sillonnent la place : ils ont, depuis le 18 mai, droit de cité sur le pont de Neuilly et la dalle, à condition de suivre un fil vert, peint au sol, d’une piste cyclable hâtivement tracée sur l’espace piéton, comme si ce quartier venait de prendre conscience que le vélo est une alternative.

Plus d’un mois après le déconfinement, à peine la moitié des salariés ont rejoint leur bureau, selon une estimation de l’Association des utilisateurs de la Défense (AUDE), qui fédère une soixantaine de grandes entreprises occupant 85 % des surfaces de bureaux et commerces, des écoles, des universités. Cette structure s’interroge sur l’avenir du quartier et a confié une mission de réflexion à des chercheurs de l’université voisine de Nanterre.

Nouveaux comportements

Un tel quartier uniquement voué aux affaires, théoriquement bien desservi et connecté, mais dont les infrastructures ne suivent plus et sont génératrices de stress, d’inconfort, de perte de temps, a-t-il un avenir ? La question se pose d’autant plus après « l’expérience » du confinement. « Selon nos données, 54 % des Français déclarent que le travail au bureau ne leur a pas manqué durant le confinement, et 55 % ont apprécié le gain de temps de transport », soulignent Flore Pradère et Rémi Calvayrac, de JLL, conseil en immobilier d’entreprise.

Il vous reste 65.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire l’article au complet sur www.lemonde.fr

Share

Regdnews est un site d’agrégation d'actualités qui vous permet de pouvoir suivre toutes l’actualités française et du monde en temps réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *